Bienvenue  sur le site de  PANSERNATURE   " Panser la Nature c'est Soigner la vie"

 ___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________   

                                                                    

  Accueil

 

    Sommaire

   

 Association P.N.

   Adhésion et dons

   Activités

   Agenda

   Statuts 

   Règlement intérieur

   Contact

   Nos Livres

 

 Sciences dela Vie

  Les connaissances

  Bio-Electronique Vincent 

  Création de la Vie  

  Cycle lunaire

  Dynamisation

  Energies

  Cycles vitaux

  Mesures vitales

  L'Oscillation

  Rayonnements

  Polymorphisme

  Sciences Cachées

  Science de la Vie

  Transmutations

 

  La Vie du Sol

  Analyse du Sol

  Compost Eubiotique

  Notre Compostage

  Equilibre Electronique

  Equilibre du sol

  Equilibres Vitaux

  Docs Amendements   

  Docs Plantes utiles

 

 Notre méthode

 ( d'Agriculture Naturelle)

  Amendements

  Agri Traditionnelle

  Arboriculture

  Les cations essentiels

  Elevages

  Maraîchage & Jardin

  Viticulture

  Insectes

  Maladies

  Conseil Technique

  Le suivi agraire

 

 L'alimentation

  Cycle de l'air

  Cycle eau

  Cycle Azote

  Cycle Carbone

  Eau La Vie

  Equilibre alimentaire

  La Nutrition

  Indice"QU.E.A.N.S"

  Marché libre

  Solutions Santé

  Vaccinations

  Vins Naturel ?

 

 Environnement

  Energies fossiles

  Energies alternatives

  Energie Libre

  Fer Routage

  Pollutions

 

 Notre Liberté

  Atteintes à la vie

  Le "SEL"

 Organiser notre Marché

  Réseau Ech et savoir

  Paradoxe

   

 NaturOparc

  Infos  

  Bibliographie

  Blog PN

  Liens Utiles

 

 

 

 

               Le Compostage Eubiotique

      La méthode  EUBIOTIQUE de Jean  Boucher

 

         Elle est définie suivant le concept de l' Hylogénèse, la base théorique

         de la  Méthode Eubiotique (Qui développe la vie Biologie)

 

         C'est un concept qui permet d'obtenir, sous une période de deux fois huit jours,

         un compost réussi contenant suffisamment de Carbone pour obtenir un engrais

         organique naturel.

 

  C'est une des bases de l'enseignement de l' Association AFAB qui permet de préserver un

  maximum de Carbone dans la combustion qui transforme les matières végétales et                                    Jean Bouchet

   animales en compost.  

                                                                  

  En effet, les composts tels que définis par l'agriculture traditionnelle (Biologique) ou conventionnelle (Intensive).

  sont pratiqués jusqu'à la combustion totale du carbone, de trois mois à un an, on obtient alors un terreau inerte,

  qui s'il permet de compenser la perte d'humus par la culture, ne peut pas apporter les éléments indispensables

  qui détermine la qualité et la quantité de la production agricole.

 

  En utilisant une fumure végétale, paille, foin, contenant au minimum 9 % de déjections animales, on obtient un rapport

  carbone/Azote  (C/N) de 33%, lequel, s'il n'est pas rapidement composté, perd l' Azote par évaporation (fumées).

 

  Le compostage a pour effet de produire une température supérieure à 60°c par l'actions de certaines bactéries qui

  consomment le carbone et de ce fait, la température permet de tuer ou d'innerver les germes et insectes que la

  fumure contient.

 

  Un compost qui n'est pas remué, retourné et bien émietté, produit des amalgames où se renfermes des

  germes  pathogènes qui se développerons dans le sol et nuiront aux cultures.

 

  La dynamique Eubiotique du compostage définie par Jean Boucher, découle des travaux de Kervran qui a étudié

  les transmutations Biologiques, et notamment celle qui permet la transformation du Carbone en Azote au niveau

  racinaire, par les bactéries dites Azobacters.

 

  L'azote est l'agent principal du développent cellulaire des plantes qui augmente la production céréalière, encore

  faut-il qu'il le fasse en correspondance avec le processus naturel, sinon, il va fragiliser les plantes, déséquilibre

  responsable de bien des maladies...

 

Le compostage  rapide se fait en deux fois huit jours, sous bâche plastique étanche :

 

   1° : le premier tas est déposé sur la bâche, par couche successive de 25 cm à 30 cm sur une surface qui

          dépend de l'opération jardinage ( 1m x 2m)  ou Agricole  (3  m x 10 m) sur

          Le tout recouvert d'une bâche plastique, suffisamment calée pour éviter toute entrée ou sortie d'air.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                               Montage des couches                        Retournement émietté                     le compost est prêt

 

     La première couche comprend la fumure humidifiée et tassée, dessus, la sciure, l'argile et les herbes

      mélangées  (Achillée, ortie, consoude, thym, selon le cas), puis dessus, les apports minéraux naturels décrits ci-

      après.

 

    Chaque couche est recouverte par une couche d'argile de 1cm  (Montmorilllonite)

    avec dessus, un voile de magnésie (Dolomie ou sulfate de magnésie, ou un mélange des deux, selon le P.H.

     désiré).

 

     Après humidification, on tasse chaque couche avant de remettre une nouvelle couche.

 

    L'humidification correspond à 50 L d'eau épurée en minéraux, par M3 de paille, dans laquelle on a mis :

     2% de vinaigre de cidre, et 2  cuillères à soupe de ferment soluble.

 

    On laisse monter la température jusqu'à  70°c/ 80°c pendant deux ou trois jours, on débâche...

 

    Le ferment ajouté à l'eau est du blé et de l'orge, lacto-fermentés, lyophilisés à moins de 50°c.

 

   2 : La deuxième opération se fait sur une autre bâche se fait comme précédemment, en retournant le premier

        tas, en émiettant bien les mottes, en arrosant légèrement chaque couche, avec une eau épurée, sans rien

        ajouter.

 

       On recouvre le tas avec un peu de terre

 

       On débâche au bout de huit jours, après que le tas ait subi une nouvelle montée en température de 75°c / 76°c.

 

       Le compost ainsi obtenu est prêt à être utilisé mélangé à la terre.

 

        Il contient un rapport Carbone sur Azote (C/N) voisin de 12 !

 

    En cas de gros volume, on peut utiliser un broyeur mécanique, un chargeur mécanique, une benne à fumier

    épandeuse.

 

    Un tel compost n'est pas lessivable dans le sol, il ne produit aucune odeur et ne perd aucune matière au

    compostage.

 

    Comme nous le rappelons à la page "Echange solidaire", il importe qu'il y ait une étroite relation entre les

    céréaliers, les maraîchers ou les horticulteurs, pour la fabrication des composts.

 

    Le céréalier peut fournir aux éleveurs la nourriture pour les animaux, la paille pour la litière, et l'éleveur,

    en retour composte la litière pour la revendre au céréalier.

 

    L'horticulteur, le paysagiste peut composter les feuillages et les coupes, s'il y ajoute des protéines animales

    provenant des élevages de volaille ou autres... (10% de protéines pour 90 % de cellulose)

 

    Le vigneron peut composter les sarments de vigne et le marc de raisin, après ou avant distillation, 

    le betteravier utilisera les drèches, en y ajoutant les protéines animales, car le sol a besoin de protéines

    animales, pour s'équilibrer...  (Tout comme le corps humain.)

 

    Il est important de rappeler que l'on doit impérativement limiter les pertes atmosphériques lors des

    changements de litière ou de transport de celles-ci vers le compostage, il suffit pour cela de mettre un voile

    de plâtre cru (sulfate de calcium), sur la litière neuve.

 

    Les avantages du plâtre cru (sulfate de calcium) sont connus depuis les premiers temps du compostage,

    il absorbe les vapeurs d'azote lors de l'urinage des animaux et le restitue dans le compost.

 

    Une petite quantité apportée à l'humus  au moment du déchaumage, apporte à l'argile (Silicate d'alumine) un

    composé soufré qui, avec le magnésium et le calcium, augmente la densité de l'argile, permet une meilleure

    absorption des eaux de pluie.   (Livre du maître, 1876)

 

    Le Best, le mieux, le nec plus ultra, serait de disposer de fumier provenant d'une stabulation d'animaux dont

    la nourriture est équilibrée, sainement produite, qui se composte presque naturellement par le simple fait que

    cet équilibre est sain.

 

    Nous avons pu constater que dans certains élevages ainsi conduits que le fumier ne pue pas l'ammoniaque,

    nous y avons même vu des animaux le fouiller de leur museau, à la recherche d'aliment, alors qu'ils en avaient

    à profusion devant leur stabulation....

 

   Enfin il faut insister sur l'incontournable importance de la pureté de l'eau et à son équilibre dynamique.

 

 

 

____________________________________________________________________________________________________

                                                                     

 

                                                                                      Association PANSERNATURE

                                                                                                    Loi 1901  N° : W37 200 4440           

                                                                                                          Webmaster : contact@pansernature.org
                                                                                                       Association reconnue d "Intérêt Général"     

                                                                                                                                                         Dernière modification : 23 juin 2018