Bienvenue  sur le site de  PANSERNATURE   " Panser la Nature c'est Soigner la vie"

 __________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________                            

     PANSERNATURE

   Promotion de l'Agriculture Naturelle pour la Santé et l'Environnement Restauré

                                                                                                                                                                        

  Accueil

 

    Sommaire

   

 L'Association P.N.

  Adhésion et dons

   Activités

   Statuts  Règlement

   Contact

   Nos Livres

 

  Réseau Ech et savoir

 

 Sciences dela Vie

  Les connaissances

  Création de la Vie

  Equilibres vitaux

  Electricité sciences

  Mesures vitales

  Bio-Elctronique

  Polymorphisme

  Transmutations

  L'Oscillation 

  Dynamisation

  Rayonnements

 

  La Vie du Sol

  Equilibres Agraires

  Equilibre Electronique

  Equilibres Vitaux

  Analyse de Sol

  Docs techniques

  Compostage PN

  Compost Eubiotique

  Cycles vitaux

 

 Notre méthode

 ( d'Agriculture Naturelle)

  Agriculture

  Arboriculture

  Maraîchage et Jardin

  Viticulture

  Amendements

  Plantes utiles

  Elevages

  Insectes

  Maladies

  Conseillers

  Le suivi agraire 

  Cycle lunaire

  Echanges-troc

 

 L'alimentation

  L' Air et son cycle

  L'Eau La Vie

  L'Equilibre alimentaire

  La Nutrition

  Indice"QU.E.A.N.S"

  Solutions Santé

  Vaccinations

  Vins

 

 Environnement

  Energies fossiles

  Energies alternatives

  Energie Libre

  Fer Routage

  Pollutions

  Arnaque Linky

 

 Notre Liberté

  Atteintes à la vie

  Paradoxe

  Cartons Rouges

 

 NaturOparc

 

 Nouvelles

  Infos Classées 

  Bibliographie

  Blog

  Liens Utiles 

  Agenda

 

 

 

                 Les  Equilibres du Sol

 

 On ne saurait concevoir la notion d'équilibre d'un contenu, quel qu'il soit, sans procéder à la définition de ce contenu.

 

 Dans un sol originel, naturel, la composition de son contenu fait apparaître des minéraux,  des matières organiques,

 de l'eau, une faune vivante allant des bactérie aux insectes...

 

 On a recensé le contenu des terres en fonction de leur rendement naturel, de leur capacité à maintenir cette 

 production au fil des centaines d'années, entretenues par les cultivateurs autochtones.

 

 Les meilleures terres se sont révélées être celles qui sont régulièrement  abreuvées par les crues, comme celles du

 Nil que l'on classe comme limons fertiles ( on peut y faire pousser presque tout avec un bon rapport de culture), on

 les appelle les terres franches...

 

 On a d'abord défini un classement des structures granulaires :

Classement des sols

Composition

Humidité Plus de 20 %
Humus : matières organiques Plus de 5%  d'humus

Argileux

Plus de 30 % d’argile

Limoneux

Plus de 35 % de limon

Sableux dont calcaires

Plus de 55 % de sable

 Natures physiques

  du sol

Granulométrie

 Graviers

Supérieure  à         2 mm

 Sable  grossier

Comprise entre   0,2   et   2 mm

 Limons Comprise entre  0,02 et  0,2 mm

 Sables  fins

Comprise entre  0,002  et  0,02 mm

 Argiles

Inférieure à  0,002 mm

 Elle est obtenue par simple filtration, c'est à dire que l'on prend 100g de terre, on la dilue dans de l'eau déminéralisée,

 on l'exprime avec le doigt enrobé d'un doigtier en latex, jusqu'à dissolution des matières, et on filtre sur différents 

 tamis de plus en plus fin.

 

 Cette méthode employée aujourd'hui, ne permet

 pas de découvrir la composition réelle des

 éléments qui structurent le sol.

 

 La simple appellation des limons est en fait un

 mélange de calcaire, d'argile et de sable tels que

 sont les alluvions apportées par les fleuves,

 lors des crues.

 

 Dans notre recherche, nous avons besoin de

 préciser la présence des matières en séparant

 les calcaires de l'humus et de connaître les taux

 de chaque matière structurelles pour parfaire

 les équilibres.

 

 Une méthode décrite à la page "Mesures agraires".

 

 On peut aussi définir des appellations intermédiaires

 qui sont les plus présentes quand les valeurs sont

 supérieurement associées :

 

  Argilo-calcaire,  agilo-sableux, argilo-siliceux,

  argilo-humique, selon l'élément dominant.

 

 C'est la première phase de restructuration que de

 ramener les valeurs vers des moyennes qui

 s'approchent de celles  du sous-sol ( roche mère).

 

 Il faudra éviter les labours profonds qui ramèneraient

 la couche supérieure de la roche mère, ce qui

 imposerait de refaire complètement la couche

 arable et des apports massifs impossibles à réaliser.

 Il est souhaitable de se rapprocher de la

 composition générale de la terre franche :

 

 Un sol bien entretenu, convenablement vivant,

Nature du sol

 Terre Franche

      Idéale

   moyenne

Sables : calcaires +

Silicates

         30 %

         20 %

  45  à  60 %

Limon

         30 %

  25  à  50 %

Argile

         15 %

  10  à  25 %

Humus

           5 %

    3  à    5%

 bien irrigué est une terre souple, meuble,

 grumeleuse, où les racines peuvent s'enfoncer

 sans peine en profitant des galeries des vers

 de terre, et ou la composition des éléments

 organiques sont présents en équilibre suffisant

 pour amener la  culture à sa production normale

 et suffisante.

 

 Matières

Structure

de liaison

Pénétration

 de l’eau

Absorption

de l’eau

 Sable

aucune

 Rapide

Très faible

 Calcaire

moyenne

 Lente

moyenne

 Argile lourde

serrée

 Nulle

Nulle

 Argile légère

moyenne

 Très lente

Considérable

 Humus

légère

 Très rapide

Supérieure à

l'argile

 Il est surprenant de constater la disparition

 progressive des insectes prédateurs et des

 mauvaises herbes, dès que l'on commence à

 se rapprocher des valeurs de la composition

 équilibrée des sols.

 

   Affinité de l'eau pour les matières du sols : 

  Teneur souhaitable : de  15%  à   20%

 

 L'équilibre du sol est maintenu par l'importance

 des taux de l'argile et de l'humus dont l'action

  stabilisatrice est supérieure à celle de l'argile.

 

 On peut affirmer que la présence de l'eau est garante

 de l'activité nutritive du sol, de sa vie bactériologique,

 par une qualité qui doit se rapprocher d'une eau de

 pluie saine, exempte de pollution.

 

 La vitesse de pénétration de l'eau est fonction de la

 surface granulométrique des matières et de la nature

 de leurs liaisons moléculaires.

 

 Elle se fait par enrobage des grains dont la surface

 externe est directement liée à cette vitesse.      

 

  Caractéristiques générales des matières

  du sols :

 

  Le sable provient des roches dures, silex ou granit, de l'érosion par l'eau, ou de l'émiettement.

 

  Il a une action de maintient de stabilité des structures générales, notamment avec l'argile avec laquelle il

  s'incorpore.

 

  Les terrains trop sablonneux sont très sensibles à la chaleur, s'assèchent vite et ne retiennent pas les nutriments.

 

  Le Calcaire ou carbonate de Chaux, provient de l'action de l'acide carbonique de l'air et de l'eau sur les laves des

  volcans.   C'est une roche tendre qui a tendance à se désagréger, surtout en la chauffant on obtient la chaux vive.

  Il joue un rôle important en agriculture en participant à l'assimilation des végétaux, il rend les minéraux solubles, il

  rend l'argile plus légère et plus volumineuse (floculation) en développant sa surface d'absorption, ce qui empêche

  le lessivage.

 

  On se sert de la chaux pour amender les sols trop acides... Tout excès de calcaire est préjudiciable surtout en

  présence  de potassium. Il participe à la clarification des sirops, du sucre, à la fabrication des bougies, du verre...

 

  L'argile provient d'une roche blanche appelée feldspath. Selon qu'elle est compacte ou légère, elle a un

  comportement  tout à fait différent :

 

    - Grasse, ou forte, elle se charge d'eau, et devient bourbeuse, sèche elle se fendille et devient impénétrable.

 

    - Légère quand elle est associée au calcaire, elle a une capacité à épurer l'eau et à la débarrasser de ses pollu-

     ants en les retenant dans ses multiples facettes que sa granulométrie développe et que les bactéries assimilent.

 

   L'argile "montmorillonite" peut développer 8 m² par mm3.

 

   L'humus provient du compostage naturel de la décomposition  des matières végétales et animales, qui sont

   mélangées au sol par la faune du sol, des milliards de bactéries, des insectes, dont les vers de terre.

   Il est l'élément primordial en agriculture s'il représente plus de 3 % de la terre arable, son action physique est

   supérieure à l'argile, qu'il complète par l'acide humique qui est une des sources de transformation des minéraux

   en énergie.

 

  Sans la présence de l'humus il ne peut y avoir de vie dans le sols..

 

  Présences et concentrations moyennes de l'eau et des minéraux dans les structures

                                                                                                                                                                                  

 Eléments

 Formules

chimiques

   Humus

Sol : couche

      arable

  Plante

Humain

   %

Taux (T:Ha)

abondance

Optimum 

  mg/kg

  Eau   OH²        15%        20%    60 à 90 %   65 %    

  Azote     %

      g/kg

 NO3

  0,6 à   6  

  2,5 à  4,0

  0,3  à  5

  2,0 à  3,5

  0,5  à  3

   0,2 à  3

    10

   2 à   10  

 

     1 500

  Carbone   %

 Hydrate C.

 CO²²

 CO3 H²

 0,05 à 0,5

  0,2 à 0,5

     44

  18

   1  à   200

   18 000

   Silicium   %

 Si

   40  à  70

   26 à 30

  Traces

    0,002

   +  1200

  

  Calcium  %

       g/kg

 Ca O

    0,5 à  35

  180 à  200

     2,5

200 à 300

 0,1  à  3,0

100  à  200

    1,5

   20 à 1000

 

     3 000

 Magnésium %

       g/kg

 Mg O

   0,5  à 15

  250  à  300

   2  à  2,5

  90  à 150

 0,1  à  1,5

  80  à  100

    0,05

  15  à  60

   

        500

  Potassium

       g/kg

 K 0

   0,7  à  2

     80 à 100

   2  à  2,5

  6O à  80

  0,2  à  2,5

   45 à 60

     0,2

   20 à  80

 

     1 500

  Phosphore

       g/kg

 P²05

 0,02  à  0,5

    80  à 100

      1,4

     140

 0,1 à  0,9

     60

       1

 0,6  à  15

    

        100

  Sulfate

       g/kg

 S

 SO

     1  à  1,5

     80 à 100

      0,2

   40 à 50

  0,2  à  1

     50

      0,35

    

 0,3  à   5

 

        150

    Sodium

 Na

        0,07

      2,7

 0,1  à  1

    O,15  

    2  à  25

          50

      Fer

 Fe O

  0,08 à 5

       4

   0, 06

  0,005

   20 à 1 50

         10

      Cuivre

 Cu

    < 0,01

    0,01

  0,02

 0,0002

  30  à  300

           6

      Bore

 B

    < 0,01

    0,01

  0,05

Traces

  12  à  300

         15

      Zinc

 Zn

    < 0,01

   <0,02

   0,02

Traces

 30  à  1500

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

       Ce tableau est issu du livre de Claude Bourguignon "Le sol, la Terre, les champs, que nous avons amélioré pour un bon équilibre.

 

  En fait, dans presque tous les sols, biologiquement entretenus ou industriels, nous avons relevé des carences en

  magnésium, en carbonates, des taux d'acidité ou d'alcalinité fantaisistes ( P. H. de 4,5 à 8,5 ).

 

   Un sol trop acide détruit les roches tendres, calcaires, déflocule l'argile, ralentit  la nitrification et accélère la

  fossilisation. les pluies acides sont en train de déstabiliser l'humus fragile des forêts, le seul fait de remplacer

  l'argile détruit par du calcaire, n'aura aucune incidence si il n'est pas associé au carbonate de magnésium

   (Dolomie).

 

  Un sol trop alcalin, à partir de P.H. 7,3, réduit la formation des protéines, ralentit la vie, désagrège les équilibres

   en renforçant le couple calcaire/potasse qui se transforme en carbonate de potasse, puis de soude, un savon qui

  détruit l'humus en neutralisant les accrochages et  accélère le lessivage de l'azote, de l'argile et des limons.

 

  Or, les liaisons moléculaires sont assurées par les barreaux de la chaîne  ADN ou ARN par les ponts

  phosphoriques des protéines...

 

  Une désorganisation qui se répercute dans toute la chaîne alimentaire, par destruction de la faune enzymatique.

 

  La recherche des équilibres :

 

  Elle est l'oeuvre de Jean Boucher, qui a su démontrer, en compilant les travaux de  Bernard,   Wolff-Grandeau,

   Delbet, Villain, Steiner, Howard, Bastisse et Robinet,  Kervran, et bien d'autres. ("pour une véritable agriculture

   Biologique")

 

   Il a pu établir que seul un sol ayant un P.H. légèrement acide à neutre, permettait une meilleure dynamisation des

   fertilisation, ce qui a été confirmé par les mesures Bio-Electroniques de Jeanne Rousseau.

 

  Il a ferment combattu les excès de potasse dans les apports fertilisants de l'agriculture conventionnelle et

  intensive, ce qui lui a valu d'être relégué au rang des affabulateurs, comme si il avait dit qu'il n'en fallait plus...

 

  Il proposait et maintient seulement que l'on change le ratio Potassium/ Magnésium K/Mg en l'inversant pour devenir

  Mg/K, ce qui correspond à un meilleur développement des structures végétales, une qualité déterminante pour la

  santé, comme l'ont constaté M. Villain agriculteur -chimiste, les fermiers américains de Broockside farm et

  Malabar farm,  le professeur Delbet...

 

  En étudiant les travaux de Karlsrhue qui a établi la table des nucléides (Protons et neutrons), composants des

  nucléons noyaux de l'atome) une continuité des travaux de Rutherford et de Chadwick, il a démontré que les

  avaient une différence de grosseurs qui ne correspondaient pas avec le nombre de leurs éléments, ce qui faussait

  les rapports de transformation des minéraux en énergie, et notamment celui de l'azote qui est extrêmement dilaté

  ou celui du potassium qui émet des radiation par déséquilibre (Neutrons/protons).

 

  C'est ainsi qu'il a pu établir que le rapport  magnésie sur Potasse (Mg/K) devait être supérieur à 2,5, pour que le

  magnésium puisse remplir son rôle de rééquilibrage du couple calcaire et potassium, de chacun des deux

  éléments, de permettre au calcaire de floculer l'argile et de servir de catalyseur dans les transformations des

  minéraux en énergie.

 

  Il a repris les conclusions de Villain, des fermiers Américains,  sur les rapports entre le  calcium, le phosphore et le

  magnésium  : Calcaire 4, Phosphore 3, magnésium 1, qui en culture intensive (1940/45) donnaient de bons

  résultats.

 

 Il a repris les travaux de Javilliers et de Lavollay  sur l'alimentation animale et humaine qui donne :

 

            Calcium + magnésium/ phosphore : ( Ca + Mg) / P  =0,8   -    Ca / Mg = 1,5   et  Ca P = 0,5

 

  Il a repris les travaux de Sir Howard ("Le testament Agricole") qui préconisait que dans la fumure organique on doit

  avoir un rapport de 9 UGB/jour (9 Kg unité d'excréments grand bovin) pour 100 Kg de bonne paille.

  soit un Carbone sur Azote (C / N)   de 33, ce qui donne après compostage un C/N de 15

  et dans l'humus un C/N de 12. 

 

   Il considère que le maintien du taux d'humidité soit conservé, au maximum, soit  deux binages au moins des

   céréales.

 

   Il a défini comme Eubiotique le fonctionnement du compostage rapide des matières végétales et animales en

   deux  fois huit jours, ce qui limite les pertes de carbone et au maintien de  la faunes bactérienne du sol.

 

   Pour notre part, nous n'insisterons jamais assez sur le critère de qualité que l'eau doit avoir dans les usages

   agricoles, tant pour la boisson pour abreuver les animaux que pour pulvériser les correctifs ou pour faire le

   compost, ...

 

   Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir, pour parvenir à rééquilibrer les sols et les rendre fertiles, parce

   que rien ne  nous facilite la tâche, surtout pas les instances officielles agricoles ou étatiques, qui sont sous

   l'emprise des groupes financiers et industriels, qui veulent soumettre les agriculteurs et les populations à la soupe

   dégradée, oxydée, chargée de poisons et autres apports génétiques qui non rien à voir ou à faire avec une

   agriculture de Santé et les aliments sains.

 

   Le simple fait que les syndicats agricoles, qui devraient être les parties prenantes pour obtenir la qualité des

   aliments ne se contentent que de suivre les conseils des coopératives, qui elles, ne se préoccupent que des

   cotations boursières...

 

   Les organisations de consommateurs, "Que choisir" en tête,  n'ont pas eu la formation pour comprendre et

   apprécier la qualité des aliments, et celle de l'eau, Ils ne font que surveiller les prix.

 

    Nous leur offrons la possibilité de se rattraper avec l'indice B. I. A. N. S., s'ils veulent bien s'en servir,

 

   Nous avons un peu de considération avec les "Bio" parce que leur produits sont en général bons, mais tant qu'ils

   ne se préoccuperont pas des équilibres des sols, une eau pure, avant que d'appliquer une bonne méthode, il y a

   peu de chance qu'ils parviennent à produire la qualité qu'ils devraient et pourraient nous offrir.

 

   Des Organismes comme "Ecocert", ne surveillent que la méthode de travail et l'absence d'achat des pesticides

   interdits, leur intervention ne peut intégrer nos valeurs, ni celle de la qualité alimentaire

 

   Rétablir les équilibres structurels du sol, l'équilibre minéral de l'humus et de la qualité et concentration de l'eau

   devraient être les seuls objectifs de l'agriculteur, avant même que de commencer à semer.

 

 

                                                                                       ____________________________________________________________________________________________________________

 

                                                                      Association PANSERNATURE loi 1901  N° : W37 200 4440

                                                                                          Webmaster : pansern@pansernature.org
                                                                                     Association reconnue d "Intérêt Général"     

                                                                                                                               Dernière modification : 06 mars 2016